L’OIIQ publie plusieurs documents sur la pratique IPS

 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec vient de publier 3 documents importants sur la pratique IPS

Le premier est une mise à jour détaillée des lignes directrices entourant la pratique des IPS au Québec. Ce document propose une description claire et détaillée de ce qu’une IPS peut et ne peut pas faire ainsi que la liste des interventions et des médicaments que l’IPS peut réaliser ou prescrire de manière autonome.

Le second est un mémoire qui propose un certain nombre de recommandations visant à optimiser la contribution des IPS. L’OIIQ identifie dans ce rapport plusieurs obstacles à une pratique optimale des IPS. L’approche règlementaire qui confère des droits de pratique par le biais de listes d’actes et de médicaments aux IPS est remise en question en s’appuyant sur de nombreux exemples d’absurdités administratives. De même, l’impossibilité d’initier un traitement pour des maladies chroniques courantes ou de référer un patient directement à un médecin spécialiste sont soulevés dans la liste des obstacles à une pratique optimale. Ce mémoire est une lecture importante pour tous ceux que la pratique IPS au Québec intéresse.

Le troisième document est un guide détaillé pour aider les milieux de pratique à  rédiger et formaliser l’entente de partenariat entre une candidate IPS ou une IPS et des médecins partenaires. Le guide propose de nombreux thèmes et des questions qui sont fondamentaux à discuter en équipe lors de la planification de l’entrée en fonction d’une IPS ou (c)IPS. Quant à savoir si le développement et d’une entente de partenariat très détaillée et spécifique facilite ou entrave la collaboration la question se pose. Si l’approche par liste pour la prescription est une mauvaise idée (comme le mémoire le montre très bien), alors est-ce une bonne idée de faire de longues listes détaillées dans l’entente de partenariat ?

 

Les commentaires sont fermés.