Document: Modalité d’intégration de l’IPS-PL

Merci au CSSS de Champlain-Charles-Le Moyne de nous partager ce riche document, présentant leur implantation d’une IPS-PL dans un GMF. Ce document conçu par un comité de travail regroupant les acteurs impliqués dans l’intégration, est  particulièrement descriptif concernant les processus de collaboration et de conciliation dans l’équipe.

http://ipspl.info/pdfFiles/cadre_pratique_IPS_CSSSCCL.pdf

Résumé:

« Ce document est le fruit de la réflexion du comité opérationnel sur la vision de l’intégration de l’infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPS-PL) au CSSS Champlain—Charles-Le Moyne. Il précise également la struc- ture des services envisagée par le comité. Certaines parties de ce document pourront être reprises dans l’entente de partenariat.

Le comité de travail opérationnel est formé des médecins partenaires, d’une conseillère en soins spécialisés, de la chef du secteur de la dotation, de chefs d’administration de programmes, d’une adjointe clinico-administrative de même que la conseillère à la programmation des services, au projet clinique et à la santé publique.

Étant un nouveau rôle au sein de la profession infirmière, il y avait lieu d’amorcer des discussions entre les infirmières et les médecins sur un modèle d’organisation de services qui vise, dans une certaine mesure, à pallier les difficultés d’accès aux soins pour la population et le manque de continuité dans les services.

Au-delà des enjeux des principes directeurs énoncés en annexe, un défi de taille demeure : revoir nos pratiques et notre organisation de travail. En effet, un travail de fond est indispensable dans la révision de l’offre de services et dans l’utilisation judicieuse des médecins et des infirmières, ressources qui sont en pénurie. Par conséquent, la pression du système de santé est forte sur les ressources et les besoins de la population sont importants.

Il importe en terminant de préciser que ce document sera en constante évolution. L’arrivée des infirmières prati- ciennes spécialisées en soins de première ligne enrichira cette réflexion. De plus, le comité opérationnel s’élargira avec d’autres GMF et milieux de première ligne du grand CSSS et ce, pour un meilleur partage des visions, des façons de faire, des outils, des expériences, des projets, etc. « 

Débat sur la pratique étendue des nurses practitionners

Le Wall Street Journal dans son édition du 13 juin consacre un dossier sur la pratique infirmière étendue en première ligne aux États-Unis, pratique autorisée dans 1/3 des États seulement.

L’article offre une tribune à Angela Golden, Présidente de l’Association américaine des nurses practitionner (NP)et professeure à la Northern Arizona University, qui milite pour un changement de loi dans les États ne permettant pas la pratique sans supervision d’un médecin. Un droit de réponse est offert au Dr Reid Blackwelder, Président de l’Académie américaine des médecins de famille, qui maintient que le rôle des NP commence après le diagnostic des médecins.

 

Ce débat est à retrouver sur: The Wall Street Journal

les IPS-PL s’expriment en Abitibi-Témiscamingue

Un petit aperçu de comment ça se passe en région:

http://www.hebdosregionaux.ca/abitibi-temiscamingue/2013/05/29/les-infirmieres-praticiennes-veulent-etre-mieux-reconnus?utm_source=feedly

Deux papiers du NEJM sur l’avenir de la pratique IPS en première ligne

Le New England Journal of Medicine vient de sortir deux articles très intéressants sur la place et l’avenir de la pratique des IPS (qui aux États-Unis s’appellent Nurse Practitioners ou NPs).

Le premier article, par Donelan et collègues (disponible en libre accès  ici) porte sur les perceptions des Médecins et des NPs par rapport à leurs conditions de pratique, leurs compétences et leurs rôles. Les données montrent un fossé important entre les perceptions respectives de chaque groupe sur leurs compétences et leur apport potentiel au système de soins. Une lecture optimiste des résultats suggère que les MDs et NPs sont majoritairement d’accord entre eux (même si le niveau d’accord est très différent) sur le type de service clinique que les NPs peuvent offrir. Une lecture plus pessimiste montre qu’il existe une polarisation interprofessionnelle très forte sur le rôle que les NPs peuvent jouer dans le futur du système de soins et des conditions de pratique.

Le second article par Iglehart (disponible ici, mais pas forcément en libre accès) est plus analytique et discute du futur de la pratique NPs.  Depuis la sortie en 2010 du rapport de l’Institute of Medicine sur le futur de la profession infirmière, quatre principes centraux, se sont dégagés: Les infirmières doivent pratiquer à la pleine étendue de leurs  compétences ce qui implique l’élimination des barrières réglementaires et historiques, le niveau de formation des infirmières doit être relevé, les infirmières doivent être des partenaires  à part entière (full partners) avec médecins dans la réorganisation des systèmes de soins et finalement les décisions gouvernementales sur le sujet doivent être appuyée sur de meilleures données. Malgré ces principes, les progrès pour permettre une utilisation optimale des NPs  en première ligne restent modestes. L’article analyse de manière détaillée les barrières et les opportunités et, bien qu’il porte sur la situation aux États-Unis, les parallèles avec la situation Québécoise sont frappants

Références:

Donelan, Karen, DesRoches, Catherine M., Dittus, Robert S., & Buerhaus, Peter. (2013). Perspectives of Physicians and Nurse Practitioners on Primary Care Practice. New England Journal of Medicine, 368(20), 1898-1906.

Iglehart, John K. (2013). Expanding the Role of Advanced Nurse Practitioners — Risks and Rewards. New England Journal of Medicine, 368(20), 1935-1941.

Présentation au 81ème congrès de l’ACFAS

Voici le lien de la présentation du 9 mai 2013 concernant:  « Le déploiement des IPS-PL de première ligne : quelques leçons d’un projet en cours » par Damien Contandriopoulos

http://www.ipspl.info/pdfFiles/IPS%20ACFAS.pdf

Résumé: L’intégration d’infirmières praticiennes aux équipes de soins de première ligne fait partie de la stratégie du gouvernement québécois pour améliorer l’accessibilité et l’efficience de ces services. Toutefois, il existe de nombreux paramètres qui ont un impact important sur la performance des modèles de pratique mis en place et relativement peu de données pour soutenir les équipes dans le développement de modèles de pratique performants. La présentation discutera des recommandations concrètes qui peuvent être faites pour soutenir les équipes dans le déploiement des IPS-PL au Québec.

 

Bonne lecture.

Le site IPSPL.info présenté à l’ACFAS

Au 81ème colloque de l’ACFAS, jeudi 9 mai, c’est toute une journée qui est consacrée aux rôles des infirmières de pratique avancée dans le système de santé.

Les recommandations issues de la recherche pour la mise en place du site ipspl.info seront d’ailleurs présentées par Damien Contandriopoulos.

Cette journée de conférence regroupe aussi plusieurs autres co-chercheurs du projet.

Renseignements: http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/81/100/101/c 

Les fiches de recommandation se refont une beauté

Les cinq fiches de recommandation qui sont déjà en ligne ont maintenant une version téléchargeable en PDF beaucoup plus belle et plus lisible. À lire et partager

Cinq fiches en ligne

Le site compte maintenant cinq fiches-conseils sur l’intégration des IPS-PL. Ces fiches constituent un ensemble qui se veut un support aux équipes. Avec la mise en ligne des fiches sur la définition du rôle et sur la collaboration, le site est maintenant considéré comme complet pour sa première étape. Mais nous travaillons déjà sur plusieurs additions.

L’OIIQ publie plusieurs documents sur la pratique IPS

 

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec vient de publier 3 documents importants sur la pratique IPS

Le premier est une mise à jour détaillée des lignes directrices entourant la pratique des IPS au Québec. Ce document propose une description claire et détaillée de ce qu’une IPS peut et ne peut pas faire ainsi que la liste des interventions et des médicaments que l’IPS peut réaliser ou prescrire de manière autonome.

Le second est un mémoire qui propose un certain nombre de recommandations visant à optimiser la contribution des IPS. L’OIIQ identifie dans ce rapport plusieurs obstacles à une pratique optimale des IPS. L’approche règlementaire qui confère des droits de pratique par le biais de listes d’actes et de médicaments aux IPS est remise en question en s’appuyant sur de nombreux exemples d’absurdités administratives. De même, l’impossibilité d’initier un traitement pour des maladies chroniques courantes ou de référer un patient directement à un médecin spécialiste sont soulevés dans la liste des obstacles à une pratique optimale. Ce mémoire est une lecture importante pour tous ceux que la pratique IPS au Québec intéresse.

Le troisième document est un guide détaillé pour aider les milieux de pratique à  rédiger et formaliser l’entente de partenariat entre une candidate IPS ou une IPS et des médecins partenaires. Le guide propose de nombreux thèmes et des questions qui sont fondamentaux à discuter en équipe lors de la planification de l’entrée en fonction d’une IPS ou (c)IPS. Quant à savoir si le développement et d’une entente de partenariat très détaillée et spécifique facilite ou entrave la collaboration la question se pose. Si l’approche par liste pour la prescription est une mauvaise idée (comme le mémoire le montre très bien), alors est-ce une bonne idée de faire de longues listes détaillées dans l’entente de partenariat ?

 

Enfin en ligne…

Beaucoup plus tard que prévu (mais ne vaut-il pas mieux tard que jamais ?) le site ipspl.info va être mis en ligne d’ici quelques heures (jours?)

Ce site représente beaucoup de travail de toute une équipe et j’espère que vous  y trouverez des informations intéressantes.

La section blogue vise à diffuser de l’information en lien avec le déploiement des IPS de première ligne au Québec. Vous avez des idées… communiquez avec nous